A 24 heures du cap Horn !

Reporters du large · janvier 14, 2017 · Vendée Globe · 3 commentaires

35 nœuds de vent, une mer formée, un froid très marqué… le pot de départ dans les mers du Sud s’éternise un peu et fait le plein de souvenirs avant de libérer les marins. A l ‘approche du cap Horn, les choses se corsent pour Fabrice Amedeo qui sait que son tout premier passage va se mériter et ne laissera pas tout de suite place à l’euphorie. En témoignent les deux bulletins météo spéciaux émis par la Direction de Course du Vendée Globe à l’attention des marins concernés. Des alertes envoyées par les anges gardiens des concurrents à terre, dont le skipper de Newrest-Matmut prend la pleine mesure.

 

« Hier, nous avons reçu un premier bulletin météo spécial de la direction de course du Vendée Globe pour nous annoncer du vent fort aux abords du cap Horn, annonce Fabrice Amedeo en ce début d’après-midi, avant de poursuivre : « J’ai donc empanné une première fois pour m’éloigner un peu du cœur de la tempête, puis une seconde fois pour reprendre ma route vers le rocher ». Pas de surprise quant à voir se concrétiser des conditions musclées dont le skipper de Newrest-Matmut parle depuis plusieurs jours, mais la confirmation qu’il va falloir accepter de repousser un peu le rendez-vous tant attendu avec le mythique cap : «  La direction de course vient de nous renvoyer un deuxième bulletin pour nous annoncer 60 nœuds de vent au passage du Horn. Je vais donc faire un peu de Sud pour limiter les frais, ce qui va retarder mon passage à demain soir. Même si je reste très heureux de sortir des mers du Sud et de saluer le Graal des marins pour la première fois, je sais que la libération ne sera pas pour tout de suite. Il va falloir en effet négocier 40 nœuds entre l’ile des Etats et les Malouines. En guise de cadeau de départ des mers du Sud, j’ai droit à un package Horn/Malouines assez corsé qui fait que je vais devoir patienter un peu avant de savourer… Mais le bateau va bien, je suis maître de mon histoire et prêt pour affronter ce qui m’attend ! ».

3 Comments:
  1. Bonsoir Fabrice et les reporters du large, je voulais savoir pourquoi ce rocher du cap Horn était le Graal des marins s’il vous plaît. Bravo à vous tous et encore une fois merci de nous faire vivre cette grande aventure. Bon courage au skipper!

    Karina Morel · janvier 14, 2017
  2. Courage vraiment bravo et merci de nous faire partager votre première rencontré avec la Cap Horn
    admiration et respect

    patricia cauret · janvier 14, 2017
  3. …Tiens bon le cap …et …..Tient bon le vent ..A…MÉDÉO….on te suit à la vague ….BRAVO
    Joël

    GARNAVAULT · janvier 15, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>