C’est à 15h30, hier dimanche, que Fabrice Amedeo a pris le départ de la Transat NY-Vendée, dernière course avant le Vendée Globe qui partira le 6 novembre prochain. Dans un brouillard à couper au couteau, le skipper de Newrest-Matmut s’est élancé sur sa onzième traversée de l’Atlantique avec à son bord le journaliste Frédéric Plisson d’I Télé, équipé du ciré de médiaman. Actuellement pointé à 27 milles du leader, le Francilien entend bien trouver le bon rythme et surtout rester dans le même système météo que les montures de dernière génération. Un beau programme pour un lundi ! C’est parti depuis une dizaine d’heures pour les marins de la Transat NY-Vendée et pour tous il s’agit de se mettre dans le rythme et d’éviter quelques pièges menaçants. En dehors d’une brume tenace depuis le coup d’envoi et la ligne matérialisée par la bouée d’Ambrose Light, ce sont des conditions relativement clémentes et un flux de Sud Ouest qui accompagnent les concurrents pour leur entrée en jeu sur l’Atlantique. Pour autant, mettre le cap à l’Est et laisser les côtes américaines dans le sillage n’ont rien d’une simple formalité. Preuve en est le récit des premières heures de course livré par Fabrice […]
Read More
Arrivé à New-York lundi dernier, Fabrice Amedeo reprendra le large dimanche prochain et s’élancera sur la Transat NY-Vendée, à destination des Sables d’Olonne. A 48 heures du départ de la première course de la saison, le skipper de Newrest-Matmut est un homme heureux qui savoure autant le luxe incroyable de voir son monocoque amarré au pied de Manhattan que la perspective d’aborder sa onzième transat. Une traversée de l’Atlantique qu’il aura à cœur de partager puisqu’il embarque à son bord, Fred Plisson, journaliste à la rédaction d’I Télé et équipier média.   Depuis plusieurs jours, le Team Newrest-Matmut est à l’heure new-yorkaise et s’active aux préparatifs de la Transat NY-Vendée dont le coup d’envoi sera donné dimanche prochain. Une dernière ligne droite dans un cadre unique que Fabrice Amedeo apprécie particulièrement : « C’est vraiment magique d’être au pied de ces tours, dans cet environnement incroyable que constitue New-York. Nous nous préparons sereinement à ce prochain départ. Nous allons disputer aujourd’hui la Charity Race en accueillant avec plaisir à notre bord la comédienne Isabelle Pasco, des invités de notre partenaire Newrest et bien entendu Fred Plisson, l’équipier média du bord pour cette Transat ». Ce dernier en profitera d’ailleurs pour ouvrir le livre […]
Read More
Partis des Açores vendredi dernier, Fabrice Amedeo et Julien Romagne, son boat captain, poursuivent leur route vers New-York, port de départ de la première course au programme cette saison pour le skipper francilien : la transat New-York-Vendée qui mettra les voiles le 29 mai prochain. Au beau milieu de l’Atlantique, l’ambiance est studieuse à bord de Newrest-Matmut, cet entraînement grandeur nature étant propice à la poursuite de la préparation en vue du Vendée Globe. En attente de retrouvailles imminentes avec de belles conditions de navigation, Fabrice livre ses impressions sur les cinq jours de mer qui viennent de s’écouler.   « Nous avons connu une première nuit sympa, au reaching, en route directe vers New-York. Ensuite, il y a eu un passage difficile avec beaucoup de molles à négocier. Puis le vent est de nouveau rentré depuis avant-hier avec 25 nœuds et jusqu’à 35 nœuds au moment du passage de front. Nous avons fait du près pendant deux jours et demi. La nuit dernière a été assez active avec des rafales à plus de 30 nœuds. La traîne est passée et nous allons chercher la dépression suivante pour être au portant en route directe vers New-York. Les systèmes météo s’enchaînent, c’est très […]
Read More
« Fuir seul vers le seul ». Plotin(1).     Pour beaucoup, le large est un ailleurs inconnu et fantasmé. Un endroit, aux contours imprécis, qui se cache derrière une ligne d’horizon lointaine, observée depuis une plage ou une falaise. Pour être au large, il suffirait de partir des côtes, de s’en éloigner à une distance raisonnable
jusqu’à perdre de vue tout rivage.
Pour voir le large, il suffirait d’ouvrir les yeux
et d’observer l’immensité océanique en mouvement. La plume de Robert Frost l’a dit avec beauté dans un poème : pour appréhender le large, le regarder de terre ne suffit pas, il faut y aller. Les gens le long des plages Se tournent et regardent tous du même côté ; Ils tournent le dos à la terre Et regardent la mer toute la journée (…) Ils ne peuvent regarder bien loin, Ils ne peuvent regarder bien profond ; Mais ceci n’a jamais fait obstacle A leur contemplation(2).   Il faut y aller mais il faut aussi le vivre en soi. Le large est davantage que la simple observation de l’océan, de la ligne d’horizon. Il ne se découvre pas comme on découvrirait une contrée lointaine. Il ne s’observe pas comme un pays que l’on visite. Le large […]
Read More
L’écrivain voyageur, parrain éditorial du projet de Fabrice Amedeo, a écrit un texte sur l’océan et les marins, en écho à la transat Gallimard à laquelle participe le 60 pieds Newrest Matmut pour rallier New York. Ce voyage éditorial doit être l’occasion de sortir des sentiers battus des traditionnels récits sportifs pour partager un peu plus en profondeur les secrets du large et communiquer sa magie à la terre. Sylvain Tesson nous livre aujourd’hui ses souvenirs de mer, en attendant demain mardi le texte de Fabrice. « La navigation est une recherche du temps perdu. Chaque instant passé sur le pont des bateaux, dans la compagnie des marins, se grave dans la mémoire pour n’en jamais disparaître. N’est-ce pas une chose étrange ? Comment expliquer que fendre l’écume et glisser à la surface s’imprime à ce point au plus profond de nous ? J’ai eu l’occasion de rencontrer quelques marins ces dernières années. Parfois je les ai côtoyés au port plutôt que sur les ponts. Mais les quelques heures que j’ai volées auprès d’eux appartiennent aux moments d’éternité que je serre dans l’herbier de ma vie. Et je crois entendre encore les phrases qu’ils m’ont dites.   Je me souviens d’une navigation agitée […]
Read More
Première étape réussie. Le 60 pieds Imoca Newrest-Matmut est depuis ce jeudi matin amarré dans la marina d’Horta. Le bateau a mis cinq jours depuis la Trinité-sur-Mer pour gagner l’île de Faial dans l’archipel des Açores. « Nous avons eu de superbes conditions, savourait Fabrice Amedeo quelques minutes après son arrivée. Tout d’abord du portant soutenu dans le Golfe de Gascogne avec des grains qui sont montés jusqu’à 40 nœuds, puis des glissades à vive allure le long des côtes portugaises et enfin des vents plus mous en approche de l’archipel ». Cette navigation de 1300 milles a permis à l’équipe de valider au large les travaux effectués à bord durant le chantier d’hiver et à Fabrice de réaliser sa première grosse navigation de cette année 2016 qui s’annonce dense. « Le contrat est rempli, explique Fabrice. J’ai réalisé de nombreuses manœuvres en solitaire, j’ai passé du temps avec Julien et Alex dans la cabine pour nos « stages pratiques » : anticiper les pannes qui ne manqueront pas de m’arriver pendant le tour du monde et apprendre à les solutionner, et enfin nous avons pris du plaisir sur ce beau bateau. C’est seulement la deuxième fois que je viens aux Açores mais c’est toujours […]
Read More
Bonjour à tous. Nous tirons des bords au portant ce dimanche matin, dans du vent mou, en approche du Cap Finisterre. Une mer calme et des instants reposants bien mérités : le Golfe de Gascogne a été fidèle à sa réputation et nous a bien secoués. Parti vendredi soir de la Trinité sur mer au moment d’un passage de front, nous avons eu droit à un flux de nord ouest bien copieux avec des grains à 40 nœuds. Une entrée en matière musclée qui a eu le mérite de me rappeler que l’Imoca c’est difficile et que je dois placer la barre haut à tout niveau (physique comme technique) pour être prêt en fin d’année. Tout a tenu à bord et ces premiers milles au large sont l’occasion de vérifier que le chantier d’hiver a bien rempli sa mission de fiabilisation de notre Imoca 60. Ils sont également une belle récompense pour Julien et Alex qui ont passé leur hiver à l’intérieur d’un hangar de la Base des sous-marins de Lorient, au chevet de notre destrier de carbone. Quant à moi, ils me permettent de poursuivre mon entraînement mais surtout de renouer avec le bonheur d’être en mer au large […]
Read More