À quelques mois du grand départ qui sera donné aux Sables d’Olonne le dimanche 6 novembre, Fabrice Amedeo est plus que jamais plongé dans sa préparation Vendée Globe. Celui qui fera partie du contingent des bizuths de cette huitième édition ne laisse rien au hasard pour être prêt à l’heure de larguer les amarres et s’attaquer à ce qu’il définit volontiers comme son Everest personnel. Un challenge humain, sportif et technique qui prend aujourd’hui une saveur particulière avec la remise à l’eau de l’Imoca Newrest-Matmut après trois mois de chantier à Lorient. Un moment fort, annonciateur du retour des navigations pour le skipper francilien que le large démange. La fiabilisation comme maître-mot ! Avec le printemps sonne l’heure des retrouvailles avec les entraînements en mode Grandeur Nature pour Fabrice Amedeo. Fin 2015, quelques jours avant Noël, l’Imoca Newrest-Matmut avait été mis au sec à Lorient pour un chantier hivernal qui faisait suite notamment à deux courses transatlantiques – la Transat Jacques Vabre en double et la Transat Saint-Barth/Port-La-Forêt en solitaire. Livré aux mains expertes de l’équipe technique, le monocoque a fait l’objet d’une révision complète suivant un mot d’ordre, la fiabilisation. Pas de grande révolution ni de modification ambitieuse, mais un […]
Read More
La magie du Vendée Globe a encore opéré. La société ALSTEF, qui fabrique des systèmes automatisés de manutention et de stockage, s’engage aux côtés de Fabrice Amedeo sur le tour du monde sans escale et sans assistance qui s’élancera des Sables d’Olonne le 6 novembre prochain mais aussi sur la transat New York – Les Sables d’Olonne dont le départ sera donné des Etats-Unis fin mai. L’entreprise orléanaise, dirigée par Pierre Marol lui-même passionné de voile, a été séduite par le projet du skipper-journaliste tourné vers la performance et le dépassement de soi mais aussi vers l’éditorial ainsi que le partage avec le grand public. Ses couleurs viendront orner le 60 pieds IMOCA NEWREST-MATMUT aux côtés des autres partenaires de cette aventure. Ce nouveau soutien permet à Fabrice Amedeo de consolider son budget et d’envisager encore plus sereinement les mois à venir qui vont le conduire vers cet immense Everest personnel. Actuellement à Lorient, le 60 pieds IMOCA est inspecté sous toutes ces coutures par l’équipe technique et subit un important chantier de fiabilisation. Il sera mis à l’eau le 23 mars et pourra alors débuter ses navigations d’entrainement.   Pierre Marol, Président Directeur Général de ALSTEF AUTOMATION SA : […]
Read More
La course a déjà commencé à terre. Cet adage n’a jamais été aussi vrai que pour le skipper du 60 pieds IMOCA Newrest-Matmut. Pendant que l’équipe s’active autour du bateau qui sera mis à l’eau à Lorient fin mars,  Fabrice participe à un véritable marathon de préparation pour prendre le départ de son premier tour du monde en solitaire dans les meilleures conditions possible le 6 novembre prochain. « Je n’ai jamais autant travaillé que depuis que j’ai arrêté de travailler » plaisante celui que peu auraient imaginé au départ du prochain Vendée Globe, il y a six mois seulement lorsqu’il était encore journaliste à plein temps au Figaro. Pour pallier ses lacunes, Fabrice ne donne pas dans la demi-mesure en ce début d’année. « J’ai tout un programme de formation technique pour être prêt pour le départ, explique-t-il. J’ai déjà eu deux jours de formation météo début février en cours particulier chez Jean-Yves Bernot, le célèbre routeur. Une formation « composite » avec Alex de l’équipe technique Newrest Matmut. Une formation « désalinisateur » avec Julien. Une initiation au moteur qui devrait se poursuivre dans les prochains jours. Et très bientôt : une formation médicale, une formation informatique, une formation « électricité » et un stage d’escalade ciblé pour apprendre […]
Read More
A quelques mois du départ le 6 novembre prochain aux Sables d’Olonne de la 8ème édition du Vendée Globe, l’histoire de Fabrice Amedeo a de quoi inspirer le plus motivé des aspirants à ce Graal ultime des navigateurs au très long cours, un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Journaliste, auteur, entrepreneur, Amedeo a, en quelques années seulement, su franchir avec succès les étapes maritimes validantes et indispensables pour accéder à son rêve de navigateur éclairé. Figaro, Class40, et l’an passé, l’échelon ultime, la Class Imoca, lui ont permis d’endosser sans faute de goût ce ciré de marin hauturier auquel rien dans son vécu d’intellectuel terrien, amoureux de la mer et des belles navigations familiales, ne prédisposait. Avec une méthode toute cartésienne, défi après défi, Amedeo est entré dans la peau d’un marin crédible, en mesure et en capacité demain d’affronter son Everest, et de boucler seul, un tour du monde en 60 pieds. 2015, l’année charnière Cela devait passer ou casser. Après trois belles saisons en Class40 et plusieurs transats au compteur, Fabrice Amedeo franchissait l’an passé avec beaucoup de naturel et quelques incertitudes le pas du 60 pieds océanique. En acquérant l’ex Gitana 80 […]
Read More
Après deux belles transats cet automne, le moment est venu pour Fabrice Amedeo et l’équipe Newrest-Matmut de se tourner vers le Vendée Globe. Au programme : un important chantier de fiabilisation du bateau pour démarrer l’année. J – 289. A maintenant dix mois du départ, le Vendée Globe est plus que jamais dans la tête de Fabrice Amedeo et de son équipe qui travaille d’arrache-pied sur le bateau. Après une transat Jacques Vabre conclue en 8ème positon aux côtés d’Eric Péron et une transat Saint-Barth – Port la Forêt qui s’est terminée sur une deuxième place, le bateau a rejoint ses quartiers d’hiver dans la base des sous-marins à Lorient. C’est ici que l’équipe démonte un à un tous les éléments névralgiques du 60 pieds IMOCA pour les inspecter et parfois les changer : moteur, vérin de quille, winchs, hooks, désalinisateur, pilotes automatiques. La liste est longue. « Notre philosophie est de rester raisonnable et surtout de ne réaliser que des investissements de fiabilité, rappelle Fabrice. La casse importante survenue sur la flotte des IMOCA durant les transats rappelle plus que jamais que pour un projet comme le notre, franchir la ligne d’arrivée du tour du monde est le seul objectif et sera […]
Read More
Fabrice Amedeo termine, aujourd’hui, à 15h57, à la deuxième place de la Transat Saint-Barth / Port La Forêt en 12 jours 23 heures 57 minutes et 42 secondes à la moyenne de 10,82 noeuds. A bord de son monocoque Newrest – Matmut et pour sa première traversée de l’Atlantique en solitaire et en course sur un si grand voilier, le skipper – journaliste signe une belle performance puisque depuis lundi 14 décembre et après une course maîtrisée, le navigateur – amateur connaissait des soucis techniques d’importance, son safran tribord s’étant désintégré. Huitième de la Transat Jacques Vabre avec Eric Péron, dauphin de Sébastien Josse sur cette Transat entre les Antilles et la Bretagne, Fabrice Amedeo est qualifié pour le prochain Vendée Globe dont le départ sera donné le 6 novembre 2016. Le navigateur, originaire de la ville de Segré, continue son apprentissage accéléré du 60 pieds. Encore journaliste parisien il y a quelques mois, après un travail acharné ces dernières semaines pour se former et consolider son projet Imoca, Fabrice termine l’année 2015 avec une certitude : sa capacité à aller au bout de son rêve, participer au Tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Peu avant le […]
Read More
Le skipper de Newrest – Matmut aborde ses dernières heures en mer sur cette Transat Saint-Barth / Port La Forêt. Fabrice Amedeo est en passe de réaliser une très belle performance en finissant à la deuxième place de sa première traversée de l’Atlantique sur un monocoque de 60 pieds IMOCA. A 65 milles de Port La Forêt, le journaliste – navigateur est très vigilant. Il ne faut pas casser maintenant ! « J’ai eu un peu plus de 30 nœuds cette nuit. La mer était formée. Je suis même tombé de ma bannette tant mon voilier était secoué ! J’ai bombardé à plus de 20 nœuds. Je suis content d’arriver au bout de cette aventure sportive même si il n’est pas question pour moi de penser pour l’instant à la ligne d’arrivée. Il y a du trafic, je dois faire attention. Il y a maintenant 25 nœuds, j’ai l’impression d’être dans le petit temps ! »
Read More