Après trois jours de mer sur cette Transat NY-Vendée, le rythme est pris pour Fabrice Amedeo. Toujours engagé dans le contournement d’un anticyclone par le Nord, le skipper francilien profite des conditions idéales qui s’offrent à lui. Dans quelques heures, la navigation au portant, le soleil et le short devront laisser place à un tableau bien plus inconfortable à bord de Newrest-Matmut, une dépression annoncée sur la route vers Les Sables d’Olonne venant chambouler l’ordre établi.    Contacté ce matin, Fabrice dresse un état des lieux de ce qui s’annonce pour lui : « Nous avons bien avancé depuis 24 heures. Je suis content d’être bien revenu sur le concurrent japonais. Nous sommes toujours sous gennaker de capelage avec un ris, en bordure Nord de l’anticyclone. Je vais empanner en fin de journée et le timing de déclenchement de cette manœuvre va être décisif pour la trajectoire à suivre dans la négociation de la dépression qui arrive. Nous allons entrer dans du vent plus fort à partir de ce soir et connaître le plus gros des conditions dans la journée de vendredi. Le vent devrait monter à 35-40 nœuds. Nous allons nous retrouver bâbord amures sous des conditions de reaching. Dans ces conditions, […]
Read More
48 heures après le départ de la Transat NY-Vendée, si les conditions se montrent toujours clémentes, la flotte n’a pour autant pas été épargnée, plusieurs concurrents faisant malheureusement les frais de mauvaises rencontres avec des OFNI (Objets Flottants Non Identifiés). A bord de Newrest-Matmut, la chevauché vers l’Est se poursuit à la faveur d’une vingtaine de nœuds et d’une nuit dégagée du brouillard tenace de la veille.   Contacté ce matin, dans la nuit Atlantique pour lui, Fabrice Amedeo livre l’instantané du jour : « La nuit est belle, sous petit gennaker, avec une mer plate et un ciel étoilé. J’ai entre 20 et 23 nœuds mais ça va mollir. Je suis toujours tribord amures. Je vais aller jouer au Nord d’un anticyclone pour aller empanner dedans la nuit prochaine ou demain matin pour attaquer la dépression qui annonce pas mal de vent. Le vent sera fort entre mercredi et samedi, de 30 à 40 nœuds ».   Les prochaines heures laissent donc augurer d’un changement de décor assez radical, achevant ainsi de mettre Fabrice Amedeo dans le rythme de cette confrontation Atlantique.
Read More
C’est à 15h30, hier dimanche, que Fabrice Amedeo a pris le départ de la Transat NY-Vendée, dernière course avant le Vendée Globe qui partira le 6 novembre prochain. Dans un brouillard à couper au couteau, le skipper de Newrest-Matmut s’est élancé sur sa onzième traversée de l’Atlantique avec à son bord le journaliste Frédéric Plisson d’I Télé, équipé du ciré de médiaman. Actuellement pointé à 27 milles du leader, le Francilien entend bien trouver le bon rythme et surtout rester dans le même système météo que les montures de dernière génération. Un beau programme pour un lundi ! C’est parti depuis une dizaine d’heures pour les marins de la Transat NY-Vendée et pour tous il s’agit de se mettre dans le rythme et d’éviter quelques pièges menaçants. En dehors d’une brume tenace depuis le coup d’envoi et la ligne matérialisée par la bouée d’Ambrose Light, ce sont des conditions relativement clémentes et un flux de Sud Ouest qui accompagnent les concurrents pour leur entrée en jeu sur l’Atlantique. Pour autant, mettre le cap à l’Est et laisser les côtes américaines dans le sillage n’ont rien d’une simple formalité. Preuve en est le récit des premières heures de course livré par Fabrice […]
Read More
Arrivé à New-York lundi dernier, Fabrice Amedeo reprendra le large dimanche prochain et s’élancera sur la Transat NY-Vendée, à destination des Sables d’Olonne. A 48 heures du départ de la première course de la saison, le skipper de Newrest-Matmut est un homme heureux qui savoure autant le luxe incroyable de voir son monocoque amarré au pied de Manhattan que la perspective d’aborder sa onzième transat. Une traversée de l’Atlantique qu’il aura à cœur de partager puisqu’il embarque à son bord, Fred Plisson, journaliste à la rédaction d’I Télé et équipier média.   Depuis plusieurs jours, le Team Newrest-Matmut est à l’heure new-yorkaise et s’active aux préparatifs de la Transat NY-Vendée dont le coup d’envoi sera donné dimanche prochain. Une dernière ligne droite dans un cadre unique que Fabrice Amedeo apprécie particulièrement : « C’est vraiment magique d’être au pied de ces tours, dans cet environnement incroyable que constitue New-York. Nous nous préparons sereinement à ce prochain départ. Nous allons disputer aujourd’hui la Charity Race en accueillant avec plaisir à notre bord la comédienne Isabelle Pasco, des invités de notre partenaire Newrest et bien entendu Fred Plisson, l’équipier média du bord pour cette Transat ». Ce dernier en profitera d’ailleurs pour ouvrir le livre […]
Read More
Partis des Açores vendredi dernier, Fabrice Amedeo et Julien Romagne, son boat captain, poursuivent leur route vers New-York, port de départ de la première course au programme cette saison pour le skipper francilien : la transat New-York-Vendée qui mettra les voiles le 29 mai prochain. Au beau milieu de l’Atlantique, l’ambiance est studieuse à bord de Newrest-Matmut, cet entraînement grandeur nature étant propice à la poursuite de la préparation en vue du Vendée Globe. En attente de retrouvailles imminentes avec de belles conditions de navigation, Fabrice livre ses impressions sur les cinq jours de mer qui viennent de s’écouler.   « Nous avons connu une première nuit sympa, au reaching, en route directe vers New-York. Ensuite, il y a eu un passage difficile avec beaucoup de molles à négocier. Puis le vent est de nouveau rentré depuis avant-hier avec 25 nœuds et jusqu’à 35 nœuds au moment du passage de front. Nous avons fait du près pendant deux jours et demi. La nuit dernière a été assez active avec des rafales à plus de 30 nœuds. La traîne est passée et nous allons chercher la dépression suivante pour être au portant en route directe vers New-York. Les systèmes météo s’enchaînent, c’est très […]
Read More
« Fuir seul vers le seul ». Plotin(1).     Pour beaucoup, le large est un ailleurs inconnu et fantasmé. Un endroit, aux contours imprécis, qui se cache derrière une ligne d’horizon lointaine, observée depuis une plage ou une falaise. Pour être au large, il suffirait de partir des côtes, de s’en éloigner à une distance raisonnable
jusqu’à perdre de vue tout rivage.
Pour voir le large, il suffirait d’ouvrir les yeux
et d’observer l’immensité océanique en mouvement. La plume de Robert Frost l’a dit avec beauté dans un poème : pour appréhender le large, le regarder de terre ne suffit pas, il faut y aller. Les gens le long des plages Se tournent et regardent tous du même côté ; Ils tournent le dos à la terre Et regardent la mer toute la journée (…) Ils ne peuvent regarder bien loin, Ils ne peuvent regarder bien profond ; Mais ceci n’a jamais fait obstacle A leur contemplation(2).   Il faut y aller mais il faut aussi le vivre en soi. Le large est davantage que la simple observation de l’océan, de la ligne d’horizon. Il ne se découvre pas comme on découvrirait une contrée lointaine. Il ne s’observe pas comme un pays que l’on visite. Le large […]
Read More