« J’ai pris la décision de continuer« . En s’engageant sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, en traversant les rudes épreuves que la météo et l’océan ne manquent pas de mettre en travers d’un tracé bien périlleux à cette saison de l’année, on sait que l’on va tester la résistance des matériaux. Mais c’est celle des marins que l’on met à l’épreuve. « Il n’y a aucune chance que je regrette si je décide de continuer, alors qu’il y en a si je décide d’arrêter »   Le skipper de Newrest – Art et Fenêtre le prouve, alors que le bout-dehors fraichement réparé à Lisbonne a cédé, Fabrice Amedeo est à nouveau à 100% dans sa traversée, et ne lâche pas la surveillance de la concurrence ! « Je navigue exclusivement sous J1 dorénavant. Je devrais pouvoir atteindre la Guadeloupe en une dizaine de jours, donc je sais que ça risque d’être un peu chaud avec les concurrents qui sont partis de Bretagne hier soir, notamment Charal. Mon bonheur, dans mon malheur, c’est qu’il y a un front qui va passer assez bas et qui va casser l’alizé, donc je vais faire une route ouest pour aller à la rencontre de ce […]
Read More
18h30 message de Fabrice Amedeo« Le bout dehors vient à nouveau de lâcher. Cette fois-ci il y avait une voile frappée dessus puisque j’étais à 18/20 nœuds au reaching sous petit gennaker et 1 ris avec des alizés assez soutenus, 20/25 nœuds, et je m’apprêtais à faire l’aile de mouette dans l’anticyclone des Açores, et j’ai entendu une déflagration. Quand je suis arrivé à l’avant, il n’y avait plus rien. J’ai réussi à sécuriser et à affaler. Il n’y a pas d’impact sur la coque. Je suis à une centaine de milles dans le sud-est de Madère. Il me reste 2 500 milles pour atteindre la Guadeloupe sans possibilité d’envoyer aucune voile de portant. La plus grande voile d’avant disponible à ce stade est le J1 qui est une voile plate de 160 m2. Je prends le temps de la réflexion. »
Read More
  Flashé ce matin à 16,2 nœuds, quelques milles au nord-est de Madère, Fabrice Amedeo profite d’un courant de nord-ouest au large des côtes marocaines pour faire parler la poudre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très efficace : légèrement en arrière de la trajectoire tendue de l’IMOCA Newrest – Art & Fenêtres, sous son vent, un petit trimaran jaune qui s’appelle Happy suit la même route, presque 5 nœuds moins vite. C’est Loïck Peyron qui le mène. Dans son rétroviseur, encore à la latitude de Gibraltar, le grand trimaran qui pointe actuellement en troisième position de la catégorie des Ultimes progresse à la moitié de sa vitesse. Un joli clin d’œil après l’arrivée d’anthologie des deux premiers à Pointe à Pitre cette nuit au terme de 7 jours d’une course énorme.   La route est encore longue devant l’étrave de Fabrice Amedeo : une traversée de l’Atlantique en solo sur un foiler de dernière génération n’a rien d’une promenade de santé. Mais après la difficulté surmontée de l’escale, indiscutablement, le mental est là.
Read More
C’est reparti pour Newrest – Art & Fenêtresqui a quitté Lisbonne samedi à 17h (heure française) comme prévu et fait maintenant route à l’ouest sous un ciel chargé et au milieu des grains dans un flux de sud-ouest perturbé avant de pouvoir envoyer au sud dans les prochaines heures, une zone de transition appelée Talweg en météorologie et qui correspond à une excroissance de la dépression située sur le proche Atlantique qui se dirige vers les côtes françaises.   Malgré les bateaux de pêche et les nombreux cargos qui ont requis toute son attention en cette nuit, excluant la possibilité de dormir, Fabrice Amedeo a apprécié à sa juste valeur « Cette première nuit en mer sous un ciel étoilé » synonyme d’un retour en course dans cette 11èmeédition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. « J’attends la bascule au nord-est d’ici une heure ou deux pour pouvoir mettre le cap au sud, à haute vitesse »   Une bonne gestion de cette transition devrait permettre à l’IMOCA de prendre la route vers Madère et les Canaries, qui pourraient être atteintes d’ici deux jours.
Read More
Le bout-dehors est en fin de séchage. Le nid d’abeille de la coque, creusé par les impacts répétés de l’espar arraché transformé en poinçon, a pu être réparé avant que l’eau migre et ne s’infiltre dans le composite. Il faut encore un coup de peinture pour faire un film protecteur sur les réparations, et l’opération, ainsi que la mise sous air chaud pour le séchage de la résine, a lieu sous une bâche, car il pleut ce matin à Cascais. Mais tout sera prêt comme convenu pour un départ à 17h heure française ce soir – 16h heure locale.   « L’équipe a travaillé à 200%. La vraie fierté, c’est celle de repartir. C’est bien celle d’Yvon, Jérémie, Jöchen et Gonzague*. C’est une très grande fierté pour toute l’équipe. »   Une intervention technique de haute qualité sur l’IMOCA Newrest – Art & Fenêtres, doublée d’une belle complicité des partenaires du projet, solidaires et impliqués dans l’effort de leur skipper et de son équipe : Newrest a assuré la livraison d’un petit déjeuner sur le quai à l’arrivée du bateau et des sandwichs pour toute l’équipe, pendant que Rent a Car mettait une voiture à la disposition de Fabrice Amedeo pour lui […]
Read More
Faire vite. Faire bien. La feuille de route était d’une grande simplicité : permettre à Newrest – Art & Fenêtres et à Fabrice Amedeo de repartir aussi vite que possible, à 100% des capacités du bateau.   Aujourd’hui l’équipe s’est employée à colmater les trous dans la coque avec de la résine et à construire un nouveau bout dehors avec des tubes en carbone grâce à une entreprise spécialisée située à 60 km au sud de Lisbonne. Le Team a reçu le renfort de Gonzague Chauleur, spécialiste de la strat, arrivé jeudi soir de la Trinité-sur-Mer.   Le départ est fixé à demain en fin de journée.   « En partant de Lisbonne, il faut d’abord aller chercher le passage au sud de la dépression creuse qui arrive sur la Bretagne puis faire route jusqu’à Madère. Ensuite contournement classique de l’anticyclone sous gennaker, puis un alizé assez soutenu. Donc il y a moyen d’aller en un peu plus de 8 jours aux Antilles. En tout cas je repars vraiment hyper motivé. »   La vacation ici
Read More
Mer 1 – Bout-dehors 0. A bord d’un IMOCA pourtant déjà auteur d’un Vendée Globe, Fabrice Amedeo est contraint de constater que les élancements à l’étrave de Newrest – Art & Fenêtresont été arrachés : il ne reste que quelques morceaux de carbone que le skipper a dû sécuriser pour qu’ils n’entravent pas le fonctionnement des galettes d’enrouleur des voiles d’avant. Avec cette configuration, seules des « voiles plates » peuvent être envoyées, aucunes des voiles de portant qui seront celles utiles pour traverser l’Atlantique, une fois la furie des dépressions au large du Portugal dépassée. Après avoir renoncé à rentrer en Bretagne et mis le cap sur Lisbonne où il est arrivé en début de journée, ayant essuyé encore deux fronts dans la nuit et croisé nombre de cargos, le skipper veut d’abord vérifier avec son équipe technique si la structure de son bateau n’a pas été endommagée avant d’étudier toutes les options pour essayer de repartir.   Pas un choc, des centaines d’impacts Les circonstances de la destruction de l’espar ne sont toujours pas claires pour le skipper. Aucune traction ne s’effectuait sur le bout-dehors, puisque cet élément du grément n’est utilisé qu’avec les grandes voiles au portant, autant dire […]
Read More
Ne pas présumer de la suite mais mettre toutes les chances de son côté. Tel est l’état d’esprit du skipper de Newrest – Art & Fenêtresen ce mercredi matin, en route sous grand-voile seule avec 3 ris pour la capitale portugaise à bord de son IMOCA à la suite de la rupture du bout-dehors du bateau. « Yvon Berrehar, le directeur technique de l’équipe, cherche une solution avec différents chantiers à Lisbonne. L’idée est premièrement de vérifier si la structure du bateau a été endommagée, ensuite s’il est possible de remettre un bout dehors, et dans quels délais« . Plus de questions que de réponses à ce stade donc, mais une ferme volonté de chercher toutes les options pour boucler cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe dans les meilleures conditions possibles, sans prendre aucun risque par rapport à l’intégrité du bateau.   La nuit a été une nouvelle fois agitée au large du cap Finisterre, avec des rafales atteignant les 40 nœuds et une mer très forte. Au lever du jour, le skipper a abattu un moment pour inventorier plus précisément l’étendue des dégâts à l’avant du bateau au niveau de l’espar endommagé et sécuriser les galettes de J1 et de […]
Read More