Entraînement atlantique

Reporters du large · novembre 25, 2019 · Transat Jacques Vabre · 0 commentaires

Parti de Salvador de Bahia il y a quasiment une semaine, Fabrice Amedeo progresse à bon rythme sur la route du chemin du retour vers la Bretagne. Accompagné d’un médiaman, le skipper de Newrest – Art & Fenêtres a laissé le Pot au Noir dans son sillage en fin de week-end et en profite désormais pour allonger la foulée. Les images du bord témoignent d’une belle entente entre les deux hommes qui mettent à profit cette navigation pour parfaire la technique de prises de vues aériennes grâce au cerf-volant ; un système que le solitaire embarquera sur le prochain Vendée Globe, comme il l’avait déjà fait lors de son premier tour du monde. Entraînement grandeur Nature, ce convoyage est également l’occasion d’étalonner le capteur en vue, une fois encore, de le calibrer pour la grande boucle océanique de 2020.

 

Profitant de conditions de navigation favorables, Fabrice faisait, ce lundi, un retour sur ces derniers jours de navigation : « Nous avons eu un début de transat un peu compliqué. Il a fallu sortir des côtes brésiliennes avec pas mal de vent mou, c’était un peu galère. Ensuite, nous avons attaqué un tronçon assez rapide dans les alizés d’hémisphère sud. C’était magique, avec de belles couleurs et de très bonnes conditions. Puis nous avons retrouvé un Pot au Noir assez actif, qui a duré de vendredi fin de journée jusqu’à la nuit de samedi à dimanche… voire dimanche matin. Nous avons eu pas mal de grains ! Depuis dimanche après-midi, nous sommes dans les alizés d’hémisphère nord. Ça avance bien, c’est tout droit jusqu’à jeudi soir.  En fin de semaine, il faudra négocier une petite zone de transition avant d’attraper une dépression qui est assez sud et que nous allons rencontrer assez loin au sud-ouest des Açores, avant de nous emmener à vive allure vers la maison.

 

Mais cette transatlantique retour donne aussi au marin et aux scientifiques, la possibilité de pousser l’utilisation du capteur installé à bord grâce au soutien des sociétés Onet, Éléphant Bleu et Art & Fenêtres : « Le capteur océanographique tourne 24/24, ce qui va permettre de confirmer au retour les datas mesurées à l’aller. Je fais également un prélèvement d’eau tous les jours pour le CNRS, pour permettre de comparer in situ et d’étalonner le capteur pour s’assurer du fait qu’il donnedes valeurs réelles par rapport à ce qui est prélevé toutes les 24 heures ».

 

Newrest – Art & Fenêtres est attendu mercredi 4 décembre à La Trinite-sur-Mer, son port d’attache.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>