« J’ai voulu ce Vendée Globe »

Reporters du large · novembre 05, 2016 · Non classé · 4 commentaires

C’est la veillée d’armes aux Sables d’Olonne. Après trois semaines passées à vivre au rythme du village, des sollicitations et des derniers préparatifs, Fabrice Amedeo égrène ses dernières heures de terrien avant le grand départ. Demain à 13h02, le skipper de Newrest-Matmut s’élancera sur son tout premier Vendée Globe, concrétisant ainsi des années d’un travail acharné pour donner vie à son rêve et mettant le cap sur trois mois de solitude et 21 638 milles à parcourir. A l’heure de passer d’un monde à un autre, le journaliste est un marin comme les autres, partagé entre cette émotion si forte du départ et le soulagement de voir se profiler une météo clémente sur les premières heures de ce tour du monde.
Comment te sens-tu à moins de 24 heures du départ ?

« Je me sens très bien. J’ai réussi à bien dormir jusqu’au bout et ça c’est très important. J’avais peur de laisser des forces dans la bataille mais j’ai pu continuer à faire mon footing quotidien et me ménager du temps pour moi. Je pars plus reposé que je ne l’ai jamais été sur aucune de mes transats précédentes, ce qui est plutôt très positif. Je suis très serein notamment parce que je pense que pour beaucoup de marins professionnels le Vendée Globe était un passage obligé dans une carrière. En ce qui me concerne, j’ai voulu ce Vendée Globe. Je suis parti de rien pour construire ce projet et demain à 13h02 ce sera le point de départ d’une grande aventure mais aussi l’aboutissement de deux ans de travail, une belle collaboration, une belle aventure humaine avec toutes celles et ceux qui m’ont fait confiance. Tout ça me rend très fort et très serein.

 
De quelle manière appréhendes-tu le départ ?

« Je ne suis absolument pas dans l’émotion parce que ma femme et mes enfants sont partis mercredi. J’imagine que quand je vais remonter le chenal il va y avoir beaucoup d’émotion mais pour l’instant je suis plutôt focalisé sur les 20 premiers milles de course avec ce départ, les bateaux autour. J’appréhende les premières minutes seul à bord et ce moment où l’équipe va descendre du bateau alors que nous n’avons pas navigué depuis trois semaines.
Avant cela, il y a le moment unique du chenal. J’imagine 350 000 personnes, du bruit…  J’imagine sur le ponton une ambiance un peu plombée avec à la fois du respect et de l’angoisse des gens qui nous voient partir… »

 

Quelle météo vous attend pour les premières heures de course ?

« C’est une météo qui va être sportive parce qu’il faudra être dessus et qu’il va y avoir des écarts considérables qui vont se créer entre les différents bateaux, mais pas du tout des conditions dantesques ou difficiles. On va partir au reaching dans 10/15 nœuds de vent, ça va forcir assez rapidement à 20 nœuds, potentiellement 25 nœuds dans la nuit sous les grains, tout ça jusqu’au cap Finisterre qu’on atteint lundi matin. Ensuite, on va abattre pour descendre le long de la côte portugaise avec du vent fort au début, juste après le cap. Il faudra faire attention parce que ce seront les premiers empannages de ce tour du monde après une première nuit en mer. Assez rapidement ça molli, il y a une dorsale à négocier et ensuite on ira chercher les alizés en bâbord amure. Ca veut dire jeudi soir ou vendredi matin aux Canaries et une descente très très rapide. On va sortir les shorts avant la fin de la semaine donc c’est plutôt très positif. Prendre un départ de Vendée Globe sans prendre un front et sans faire de près, c’est assez incroyable ».

4 Comments:
  1. La journée « Médicale » autour du sommeil de début septembre m’a fait m’intéresser à la course pour la première fois. Et c’est beaucoup plus motivant quand on a approché un skipper aussi accessible que vous.
    Go!

    Nenemoune · novembre 06, 2016
  2. Je suis de tout coeur avec toi Fabrice.
    Depuis le tout début, bien même avant cette course,, ton aventure est magnifique, ton courage et ta persévérance admirables.
    Bon vent marin

    Claudine · novembre 06, 2016
  3. Je n’oublierai jamais ce départ du Vendée Globe 2016 ! Ton rêve devient enfin réalité…depuis deux heures tu navigues et depuis deux heures mes pensées sont scotchées sur Newrest Matmut ! Tu vas vivre et nous faire partager une aventure exceptionnelle : « Le tour du monde en 80 jours »…merci Fabrice, c’est géant !!
    Une tonne de courage pour t’accompagner et mille énormes bises. Bibiche

    Elisabeth Videcoq · novembre 06, 2016
  4. Nous sommes de tout cœur avec toi Fabrice! Nous te suivrons chaque jour!! Fais attention à toi dans cette belle aventure ! 👍💋💗⛵️🌎

    Demarest Joelle · novembre 06, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>