Les portes du sud sont ouvertes

Reporters du large · novembre 30, 2016 · Vendée Globe · 2 commentaires

« Ca y est, c’est reparti ! Nous sommes au sud de l’anticyclone de Sainte-Hélène. Les portes du sud sont grandes ouvertes ! ». Depuis plusieurs jours, Fabrice Amedeo attendait ce signal fort, cette bonne nouvelle. Les heures qui s’étiraient dans des vents erratiques rendant la progression difficile sont désormais dans le sillage de Newrest-Matmut. A bord, après 24 jours de course, la bonne humeur est de mise, tout autant que la prudence dans la perspective de la première dépression australe annoncée dans les prochaines 24 heures sur la route du skipper.

 

Conversation dans l’Atlantique sud

 

« Hier, j’ai eu cette grande satisfaction de revenir à vue de Conrad Colman et Kojiro Shiraishi, avec une bonne trajectoire et après avoir bien tricoté dans la molle. Mais le moment le plus fort a été la grande conversation que nous avons eu tous les trois à la VHF, en français avec Conrad et en anglais avec Kojiro. C’était assez incroyable. Je me fais des copains dans l’Atlantique sud ! », racontait Fabrice ce matin, avec du bonheur dans la voix, rappelant que si le Vendée Globe est une course en solitaire autour du monde, il offre aussi parfois ces rencontres humaines aussi riches qu’improbables, loin de tout.

 

« Faire un beau sud et voir le cap Horn »

 

Bien entouré et solidement ancré dans un peloton qui ferraille dur, le skipper de Newrest-Matmut se focalise naturellement sur son entrée prochaine dans l’océan Indien, et avant cela, sur la première des dépressions australes qui s’annonce à lui dans les 24 prochaines heures : « Avec l’arrivée de cette dépression et les mers du sud, je change un peu d’état d’esprit et je lève un peu le pied. J’ai perdu un peu de terrain mais rien de grave. Je ne vais pas m’imposer un rythme et des choses qui ne me correspondent pas. Je veux faire un beau sud et voir le cap Horn ! ». Une approche pleine de sagesse, dans l’esprit donné par Fabrice à son projet depuis le début, rappelant que pour le bizuth, l’objectif reste avant tout de boucler la boucle, avec la manière… Une philosophie à laquelle il se tient parfaitement depuis le 6 novembre dernier.

2 Comments:
  1. Discourt plein de sagesse !!!!
    Qui ménage sa monture va loin ⛵️⛵️⛵️

    Arnaud · novembre 30, 2016
  2. Voilà ti pas que tu nous fais le remake du Grand Brassens !!!!! « Non, ce n’était pas le radeau
    De la Méduse, ce bateau
    Qu’on se le dise au fond des ports
    Dise au fond des ports
    Il naviguait en pèr’ peinard
    Sur la grand-mare des canards
    Et s’app’lait les Copains d’abord
    Les Copains d’abord »
    Allez Fabrice, take care and take it easy. As usual 😉

    karine garnier · novembre 30, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>