Nouveau départ !

Reporters du large · novembre 29, 2016 · Vendée Globe · 2 commentaires

Le chemin de croix est en passe de s’achever pour le peloton du Vendée Globe qui a vu tous les « passages à niveau » des derniers jours tourner en sa défaveur, faisant chuter les vitesses de Fabrice Amedeo et ses concurrents et monter la pression à bord des Imoca. Le skipper de Newrest-Matmut en termine avec cet épisode difficile de la négociation de l’anticyclone de Sainte-Hélène et a retrouvé le sourire depuis hier et l’apparition du néo-zélandais Conrad Colman dans son champ de vision. Les 40 milles d’écart entre les deux hommes sont désormais relégués au rang de souvenir et l’heure est au nouveau départ pour ce match auquel se mêle également le skipper Japonais.

 

« Depuis quelques jours je n’ai pas forcément très bien navigué et du coup j’ai concédé du terrain à mes concurrents, avouait Fabrice Amedeo ce matin. J’ai calculé que j’avais jusqu’à 40 milles de retard sur Conrad Colman et Kojiro Shiraishi. Dans la molle, je n’ai pas lâché la barre. Hier, la journée a été très dure, sans vent, avec une houle rendant la progression du bateau difficile. C’est une très grande satisfaction d’être revenu. Je dois être désormais 1,5 mille devant Conrad, mais c’est anecdotique à l’échelle de ce qui nous attend. Mais je dois dire que je suis content, je me suis accroché et mes efforts ont été récompensés. Autant la journée d’hier a été très compliquée, autant la nuit a été parfaite. J’ai bien dormi, je me suis réveillé régulièrement pour surveiller la bonne marche du bateau ».

 

D’ici peu, le skipper de Newrest-Matmut devrait se sortir définitivement des vents erratiques de Sainte-Hélène, et retoucher de l’air afin de faire route vers le cap de Bonne Espérance qu’il devrait saluer dimanche prochain : « J’ai 6 à 7 nœuds de vent ce matin, c’est de nouveau faiblard. Je vais avoir encore quelques heures critiques, le temps que le centre de l’anticyclone s’évacue. Dans l’après-midi, je vais envoyer le gennaker – signe qu’on sera sorti de tout ça – puis incurver ma route vers Bonne Espérance. Ensuite, le vent va forcir, puis faiblir de nouveau, dans l’attente de la première dépression du Sud ». Une dépression que paradoxalement le bizuth des mers du sud attention avec impatience, comme une rencontre préparée de longue date.

2 Comments:
  1. Après un langoureux anticyclone dans lequel il a fallu tricoter une maille à l’endroit, une maille à l’envers, ça va commencer à pulser !!!! Une dépression arrive au Sud Ouest et d’ici 3 jours, la vitesse devrait augmenter. Cap vers les Aiguilles pour attaquer l’Indien. Espérance n’est pas encore passé mais il faut regarder droit devant, ménager le bonhomme et la machine. Le moral est bon mais reste t’il du chocolat ? Car « Chocolate is the answer who cares what the question is. » Allez Fabrice, on lâche rien ! Take care and take it easy !

    karine garnier · novembre 29, 2016
  2. Allez je t’en prie Eole, libère tes vents pour Fabrice!

    Karina Morel · novembre 29, 2016

Répondre à Karina Morel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>