Samedi matin… à 70%

Reporters du large · février 14, 2017 · Vendée Globe · 2 commentaires

Belles conditions et moral en nette hausse en ce mardi 14 février pour Fabrice Amedeo. Après des heures difficiles placées sous le signe d’une météo peu favorable à la progression vers le but, l’horizon s’éclaircit à 700 milles du but pour le skipper de Newrest-Matmut. Le long des côtes portugaises, le bizuth poursuit sa course et savoure des retrouvailles prochaines avec le cap Finisterre ; un point de passage qui signifiera alors que la Vendée n’est plus très loin.

 

C’est la voix, comme toujours, qui sert de baromètre à l’état d’esprit du marin. Ce mardi, le ton est enjoué, rieur, heureux manifestement. Oubliée la nuit digne des pires tableaux du Pot au Noir, les soucis techniques et autres restrictions alimentaires. Place aux milles qui défilent et rapprochent du but : « Je suis sous grand spi, bâbord amures, avec un magnifique lever de soleil, décrit Fabrice Amedeo en guise de préambule à la discussion quotidienne avec la terre. J’ai dépassé la latitude de Lisbonne dans un vent d’ouest tournant sud. J’ai empanné pour faire route vers Porto, puis incurver ma trajectoire en route directe vers le cap Finisterre. Je vais attaquer le Golfe de Gascogne à partir de mercredi soir. A partir de là, les routages me prévoient une navigation quasi directe vers Les Sables d’Olonne dans un vent d’une dizaine de nœuds ». C’est donc un déroulé relativement clair qui s’annonce pour les prochains et derniers jours de course à bord de Newrest-Matmut. Mais chacun sait que dans les faits, il faudra se méfier jusqu’au bout des derniers pièges liés au trafic maritime et qu’une estimation d’arrivée restera toujours une estimation… « Il y a une vraie incertitude sur l’ETA, confirme Fabrice. Si le scénario est favorable, je peux arriver vendredi soir, mais à 70% il faut compter sur samedi matin ». Encore quatre jours à tenir pour celui qui devrait être le deuxième bizuth de cette édition 2016-17 à boucler la boucle, en onzième position… malheureusement : « Je vais certainement gagner une place entre aujourd’hui et demain, explique le skipper. Mais honnêtement, j’aurais tellement préféré rester douzième et que Conrad Colman puisse finir sa course avec un mât en place. Je pense beaucoup à lui en ce moment ».

2 Comments:
  1. Cette onzième place sera parfaite Fabrice! Bruyants encouragements de Lisbonne!

    Karina Morel · février 14, 2017
  2. Si vous arrivez vendredi, super, nous seront au ponton pour vous acclamer!!! Nous sommes très impatients, surtout Thomas et Clément qui regardent la carte et votre avancée plusieurs fois par jour .Ils sont au taquet!!! Samedi, je n’espère pas, nous ne pourrons pas être là, les enfants seront super déçus… et nous aussi… Votre moral est meilleur, c’est une bonne nouvelle et nous espérons qu’Éole va être avec vous jusqu’au cap Finisterre et ensuite dans le golfe de Gascogne. Vous êtes onzième maintenant et comme vous nous sommes tristes pour Conrad Colman, c’est terrible ce qui lui arrive, nous lui souhaitons de boucler ce tour du monde. Nous espérons le scénario favorable et vous envoyons plein de bonnes ondes…

    Virginie DVD · février 14, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>