Sortie de Pot ce soir

Reporters du large · novembre 17, 2016 · Vendée Globe · 4 commentaires

A 300 milles de l’équateur, Fabrice Amedeo est toujours en plein Pot au Noir, livré aux caprices de cette zone qui met les nerfs et l’organisme du marin à rude épreuve. Changements de vent incessants en force et en direction, épisodes pluvieux très marqués, le skipper de Newrest-Matmut a eu droit au menu complet pour sa première négociation en solitaire. Encore quelques heures un peu difficiles et le Francilien verra la fin du tunnel avant la nuit… un moment attendu.

 

Les jours se suivent et le résumé des nuits se ressemble à bord de Newrest-Matmut : « Je viens encore de vivre une nuit pénible dans le Pot au Noir avec un vent entre 5 et 20 nœuds selon les nuages et de grosses averses de pluie torrentielles, expliquait ainsi Fabrice Amedeo avec un brin de fatigue dans la voix ce matin. Ces variations ont engendré beaucoup de changements de voile plus ou mois éprouvants physiquement, mais toujours exigeants. J’ai réussi à dormir deux heures ce qui fait que je ne suis pas trop mal physiquement mais il va quand même falloir que je retourne un peu à la bannette ».

 

Une situation peu confortable dont le bizuth du tour du monde arrive tout de même à tirer profit : « L’avantage des pluies torrentielles, c’est qu’elles m’ont permis de prendre une douche à l’eau douce… un grand luxe !, avouait ainsi Fabrice dans un éclat de rire… avant d’enchaîner : « Je vais sortir de ce marasme avant la nuit et ce sera un soulagement. Je vois ceux de derrière revenir et forcément c’est frustrant. Je vais sortir du Pot au Noir avant eux mais il va y avoir un effet accordéon. Mais je ne perds pas de vue que la route est très longue. Après le Pot au Noir, je vais me retrouver bâbord amures dans les alizés du Sud Est, ce sera plus stable et plus facile de dormir ». Patience donc, la sortie du Pot au Noir et la fin de cette journée de jeudi annoncent des heures meilleures…

4 Comments:
  1. Accrochez vous courage

    patricia cauret · novembre 17, 2016
  2. Coucou Fab !!
    Nous te suivons pas à pas plein d’admiration( même Noé 6ans qui suit le Vendée globe en classe , me demande si tout va bien pour toi!!) nous te souhaitons plein de courage et de force pour continuer la route vers ton rêve!!
    de gros bisous de la famille Béguin Charbonnier
    Céline

    charbonnier béguin céline · novembre 17, 2016
  3. Tenez bon Fabrice! Chouette cette douche à l’eau douce en plein milieu de la tourmente! C’est super de vous voir si positif! Encore bon courage pour la nuit prochaine. Karina

    Karina Morel · novembre 17, 2016
  4. Mons cher Fabrice,
    Tu le sais, je ne connais rien aux choses de la mer. Enfin, sauf peut-être quelques mots : « crevette », « bikini », « méduse » « frisbee », « sable dans les chaussures », « vague », « ou la-la, c’qu’elle est frooââde ». Alors tes bâbords amure, tes tribords dans le mur et autres « pot au noir », ça me passe largement au-dessus de la tête.
    Le titre de ton dernier message cependant, m’intrigue : « SORTIE DE POT CE SOIR » signifie au terrien que je suis : « Ce soir je sors prendre un pot ». D’ailleurs tu as pris une douche d’eau douce cet après-midi comme tu nous l’a annoncé. Pour moi, un marin propre, c’est un marin qui part en goguette.
    Et tu veux nous faire croire ça ? Tu exagères. Même moi, je sais que ça ne se peut pas. Il n’y a pas de troquet dans la mer. Ou s’il y en a, alors il n’y en a vraiment pas beaucoup. Certains troquets que je connais, « ont vue sur la mer », attention ! Et encore…, uniquement depuis la terrasse ! mais ils sont tous sur terre. Alors pourquoi tu racontes des bobards, mon cher neveu ? A moins que… A moins que…

    C’est ça, c’est donc ça : c’est le soleil des tropiques… Avec ton crâne presque rasé, tu n’as pas écouté ta maman : tu es sorti sans ton chapeau. Tu as cru voir un troquet. C’était un mirage, comme dans les dunes de sables. On commence par voir un palmier, puis deux, ensuite on voit un troquet, sa terrasse, une table, un verre avec les glaçons sous un parasol… Mon cher neveu, ne saute pas à l’eau. Ce que tu as cru voir n’existe pas ! Fait comme Ulysse : attache-toi au mât et résiste. Et si tu vois une sirène qui te demande : « Avec ou sans glaçon, votre diabolo-menthe ? » SURTOUT NE REPONDS PAS ! parce que là, ton retour à Ithaque risque d’être un peu plus long que prévu.
    Mentor,
    Tonton Michel.

    Tonton Michel · novembre 17, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>