Tempête sous un crâne

Reporters du large · février 06, 2017 · Vendée Globe · 5 commentaires

En ce 6 février, les marins encore en course sur le Vendée Globe passent le cap du troisième mois de mer dans leur tour du monde. Trois mois de solitude et de sentiments souvent contrastés, entre bons et mauvais moments. Alors qu’il lui reste moins de 10% du parcours à avaler, Fabrice Amedeo encaisse les coups au large de la Mauritanie dans des conditions plutôt inconfortables. Devant son étrave, un choix cornélien se profile quant à la meilleure manière de négocier un anticyclone. Une décision cruciale que le skipper de Newrest-Matmut va devoir arrêter assez rapidement et qui va conditionner la fin de sa course.

 

Après un week-end relativement difficile, Fabrice Amedeo poursuit sa progression dans des conditions toujours aussi chahutées, le mettant à l’épreuve nuit et jour. Un tableau qu’il confirmait ce matin : « La nuit dernière a été vraiment très inconfortable, au reaching, dans une mer formée. J’ai temporisé un peu », avant d’ajouter, « Hier c’était vraiment une journée en mode « sanglier », j’ai donc passé beaucoup de temps allongé dans la bannette, à l’écoute du bateau, en ne faisant qu’un seul repas. J’essaye d’économiser la nourriture comme je peux. Actuellement, je suis toujours dans les alizés d’hémisphère nord. J’ai dépassé la latitude de l’archipel du Cap Vert, à 450 milles des Canaries… point de passage au moment duquel il faudra vraiment avoir décidé pour la suite et cette négociation d’anticyclone ».

 

Cet anticyclone évoqué par le skipper de Newrest-Matmut est le principal sujet de préoccupation du moment, un sujet qui lui ferait presque s’arracher les cheveux s’il avait encore de quoi faire après sa récente coupe. En se générant au niveau des Açores, le phénomène va venir sérieusement pimenter le jeu dans les derniers jours de mer: « C’est vraiment compliqué cette fin de course. Les modèles divergent et il ne me reste que peu de temps avant de prendre ma décision ». Et en la matière, l’enjeu est de taille et comme Fabrice Amedeo l’annonce d’emblée, la sanction peut être sévère : « Se tromper c’est prendre trois jours dans la vue ! Le modèle européen CEP nous fait faire la route directe, c’est à dire une trajectoire qui fait passer à l’est de l’anticyclone, juste au dessus de Madère et par le sud d’une dépression qui nous emmènerait à vive allure vers le Cap Finisterre. Le modèle américain GFS, quant à lui, nous fait monter presque à la latitude des îles Scilly pour redescendre ensuite vers Les Sables d’Olonne ». Une décision sensible pour laquelle il ne reste désormais que quelques heures de réflexion. Pas simple quand on a qu’une hâte : rentrer au plus vite pour retrouver les siens et boucler ce premier tour du monde en solitaire après trois mois de mer.

5 Comments:
  1. Salut Fabrice,
    Les heures ont l’air de plus en plus compliquées pour toi, et pourtant tu arrives encore à nous faire rêver avec ton tour du monde en solitaire ! Depuis la sortie du chenal et ton départ pour cette aventure, je n’ai pas arrêté de suivre tes récits et tes vidéos, et il faut le dire, tu sais partager tes émotions jusqu’à nous faire vibrer ! J’étais du côté de la chaume lors du départ et espère pouvoir y être à nouveau pour ton arrivée. Courage à toi pour aller au bout, ce n’est plus qu’une question de jours… D’un côté je te souhaite d’arriver au plus vite, mais de l’autre, je me dis que tes vidéos et autres histoires nous manqueront tellement quand ce sera fini ! Enfin bref, prends soin de toi et du bateau, et continue à nous raconter l’aventure de ta vie, c’est un vrai régal ! A très vite aux Sables…
    Antoine (Un cousin de ta cousine Emilie B.)

    Antoine · février 06, 2017
  2. Tous avec toi pour la dernière ligne droite.

    Stan · février 06, 2017
  3. C est comme tout ce qui est de réussir de l extreme endurance les 10 % restant sont en trop ! Allez vas y accélère champion tu réalises un excellent tout Du monde !
    J aime ta playlist qui serai Plus de mon époque 1964 et mes 20 ans dans les années 80… bref c est cool! Tu marques cette édition du Vendee félicitations ne lache rien … mode sanglier ou guerrier do it . bonne option et enjoyed Merci pour ton récit ….

    Yves et malo · février 07, 2017
  4. Très impressionné par cette course de Ouf !
    Bon courage pour ces jours encore agités mais l’arrivée est proche.
    Take Care
    Kenavo

    Bertrand

    EON · février 07, 2017
  5. Bonjour
    Tous les matins, depuis le départ de la course, la maîtresse nous montre où vous êtes rendu.
    On regarde vos vidéos.
    Jade, Léo, Léa, Nora et Léandre sont allés aux points course à la mairie.
    Léa était allée sur votre bateau et Léo ira aux Sables d’Olonne pour votre arrivée.
    On veut que vous finissiez la course vite et en bonne santé!

    Les CE1 de Robert Fontaine, Segré · février 07, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>