Tous les chemins mènent au Rhum

Reporters du large · novembre 20, 2018 · Route du Rhum 2018 · 0 commentaires

Privé de bout-dehors depuis une semaine, et donc de l’usage de ses voiles de portant, Fabrice Amedeo poursuit avec détermination sa trajectoire en direction de la Guadeloupe en tentant de pousser Newrest – Art & Fenêtres au meilleur de ses possibilités. Sorti des zones météo perturbées, et des secteurs de calme piégeux, l’IMOCA fait maintenant une route ouest en bordure des alizés, à une distance d’un peu moins de 1 000 milles des côtes. Il reste environ quatre jours de navigation au solitaire pour atteindre le nord de la Guadeloupe, faire le tour de l’île dans un laps de temps difficile à préciser à l’avance, et boucler la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Des manœuvres sont en vue pour se recaler au sud, dès que les conditions le permettront, mais aussi pour gérer au mieux les grains tropicaux qui virent parfois à l’épisodes orageux et peuvent, s’ils ne sont pas correctement anticipés, abimer des voiles : une éventualité qui serait particulièrement lourde de conséquence sur la progression du foiler.

 

 » Cette nuit j’ai passé la barre symbolique des 1 000 milles des côtes de la Guadeloupe, ce qui fait quand même du bien. Après il restera bien sûr les 60 milles du tour de l’île, mais quand j’en serai là, ça ne sera que du bonheur ! »

 

Deux options se profilent maintenant sur la table à carte du skipper « Ou bien faire de l’ouest avant que le vent tourne, et donc prolonger le plus longtemps possible en bordure de l’anticyclone – dans le meilleur des mondes jusqu’à demain matin – pour ensuite faire un bord sud vers les Antilles, ou démarrer à partir de ce soir un petit escalier progressif avec un coup de sud/un coup d’ouest, un coup de sud/un coup d’ouest, pour commencer à descendre vers la Guadeloupe. Je ne suis pas encore complétement sûr de moi, mais voilà un peu à quoi ça ressemble. »

 

 » Je vais prendre sans doute ma première douche aujourd’hui, même si l’eau est encore un peu fraiche : il fait doux mais la chaleur n’est pas dingue parce qu’on est en bordure d’anticyclone, pas au fin fond des alizés. Les hautes pressions sont basses en latitude cette année, donc c’est assez agréable. »

 

« La mer est changeante :  il y a des moments où il y a des houles assez formées, d’autres où c’est plus calme, ça va ça vient, c’est amusant ces paysages qui changent comme ça régulièrement d’heure en heure. »

 

 » Je suis sur une estimation d’arrivé samedi soir. Si tout va bien, je devrais en terminer avec mon périple ce week-end, et malgré la frustration, je suis quand même bien content d’aller au bout de cette course et d’aller la chercher cette ligne d’arrivée, même si elle se laisse désirer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>