Un choix à faire, une sérénité de mise

Reporters du large · décembre 02, 2016 · Vendée Globe · 4 commentaires

Fabrice Amedeo poursuit sa route sans accroc dans ce Vendée Globe. Le skipper, adepte de la navigation en « bon marin », sans prendre de risque excessif, s’interroge ce matin sur sa stratégie pour les prochaines heures. Il revient également sur le plaisir d’avoir multiplié les « surfs » hier, dans une mer bien plus agitée que ce qu’il a connu il y a quelques jours.  

Moment de réflexion à la table à carte, ce vendredi matin pour Fabrice. « J’hésite sur la stratégie à adopter, confie-t-il. Soit j’empanne vers le sud ce qui m’obligera à faire face à une dépression et à empanner à nouveau sous 40 nœuds, soit je reste derrière le front en mettant le cap au 50e, vers le Mozambique ». Actuellement décalé au nord par rapport au reste de ses plus proches concurrents, il espère « ne pas être décroché ». Pourtant, le skipper admet que « les écarts vont se creuser ces prochains jours. Il y a peu de chance que l’on reste un paquet groupé. Ce qui fera la différence, c’est notre capacité à exploiter le mieux nos voiles et à attaquer. »

Avant de prendre cette décision stratégique, le skipper de Matmut-Newrest est revenu sur ses dernières 24 heures. « Tout se passe bien sur le bateau. Pourtant, c’est un changement total d’ambiance : le ciel est gris, il pleut, il fait plus frais et la mer est croisée. Les sensations sont vraiment différentes de celles que j’ai l’habitude de pratiquer dans l’océan Atlantique. »

Pourtant, cela lui a permis de vivre de belles émotions, notamment lors de ces nombreux surfs ce jeudi, à 22 nœuds (avec « 30 nœuds de vent à l’anémomètre »). « Personnellement, je n’aime pas surtoiler : j’abordais les surfs de façon prudente. Avec une petite voile, ça permet d’accélérer sans passer en force et donc sans mettre en danger la structure du bateau ». Et quand le bateau va, tout va ! En fin de nuit, il a dû faire face à « un passage de front ». « J’ai eu 30 nœuds de vent à l’avant du front et 20 à l’arrière ! »

Mais il en faut plus pour perturber le skipper, étonnant de sérénité. « J’ai pu bien me reposer et je sais que je vais faire face à des conditions difficiles. Je vais continuer à être prudent et à anticiper au maximum ». D’ailleurs, il conclut notre conversation matinale en revenant sur sa stratégie : « je pense que je vais conserver le cap vers le Mozambique ! »

4 Comments:
  1. Courage et bonne route

    patricia cauret · décembre 02, 2016
  2. Bravo et courage dans cet océan agité!

    Karina Morel · décembre 02, 2016
  3. Courage Fabrice ! Tu vas avoir des moments difficiles c’est sûr mais tu es fort!! On pense bien à toi!👍😘

    Demarest Joëlle · décembre 03, 2016
  4. Bravo Fabrice, nous te suivons quotidiennement, continue ainsi !
    Courage pour les prochains jours. Nous sommes tous derrière toi…yessssss

    turcas · décembre 03, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>