Un samedi bien occupé à bord de Newrest-Matmut

Reporters du large · février 11, 2017 · Vendée Globe · 11 commentaires

Ce n’est définitivement que quand Fabrice Amedeo aura coupé la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne, probablement en fin de semaine prochaine, qu’il pourra souffler et relâcher la pression. Si besoin était, le démâtage de Conrad Colman survenu hier soir, alors qu’il avait 97% du parcours dans le sillage, est venu lourdement rappeler cette évidence. A bord de Newrest-Matmut, le skipper qui n’est pas épargné par les petits pépins liés à la fatigue du bateau, va retrouver un cap plus engageant et faire de nouveau du gain sur la route vers l’arrivée.

 

En ce samedi, Fabrice Amedeo est un marin partagé entre un constat positif et la fatigue d’heures passées à réparer un problème survenu sur son rail de grand voile. Pour le bon côté des choses, il démarre la conversation avec ces mots qui sortent comme un soulagement : « J’ai fait 95% du parcours ! C’est incroyable. Je me rappelle encore de mes 36%, à me lamenter dans l’océan Indien ». Mais alors qu’il ne reste d’une infime partie du chemin à faire à l’échelle de ce tour du monde, le travail est loin d’être terminé et en aucun cas le skipper de Newrest-Matmut n’est libéré des soucis : « Hier, ma grand voile qui est reliée au mât par un système de chariots coulissants m’a joué un sale tour. Au niveau de deux lattes forcées, les chariots étaient déconnectés et cela ne fonctionnait donc plus. Il a fallu que je monte deux mètres au dessus de la bôme pour changer ces chariots. J’y ai passé pas mal de temps », explique-t-il avant de conclure sur le sujet : « C’était une vraie journée Vendée Globe hier, une journée dépassement de soi ! ».

 

Une fois les chariots remplacés, Fabrice Amedeo a du faire face à une nuit très activée, marquée par les grains et les averses de grêle. Un scénario peu engageant, mais qui aurait pu n’être qu’un moment peu agréable à traverser, si un nouvel écueil n’était pas survenu : « En voulant réduire la toile dans ces conditions musclées, ma troisième bosse de ris à lâché ! La grand-voile est actuellement bloquée dans cette position (avec trois ris) et je ne peux pas renvoyer de la toile. Il va falloir que je m’attèle à réparer ça… ». Un samedi bien occupé se confirme pour le skipper de Newrest-Matmut qui ajoutait, pour relativiser : « Le soulagement de cette journée c’est de faire de nouveau route vers la maison. Cette trajectoire Est m’a fait souffrir. Mais ce n’est pas grand chose par rapport à ce qui arrive à Conrad Colman. Je pense bien à lui, c’est terrible ! ».

11 Comments:
  1. Pour faire un Vendée Globe il faut quand même être doté d’un cuir particulier ! 👽 Hormis les compétences techniques, une certaine expérience de la navigation et une préparation rigoureuse, il y a la gestion de tous ces problèmes imprévus – même si évoqués avant départ – 3 mois en mer et en solitaire, ça laisse des traces physiques et morales et malgré tout cela vous avez tous un mental d’acier ! 💪🏼 Quand on voit, sur certaines vidéos, les conditions de navigation mais….franchement c’est un truc de ouf !! De déglingos ! 🙃 Vous avez été trempés dans un bain spécial 🤔 Je suis vraiment très curieuse de votre préparation mentale.
    Vous me direz, quand on est au beau milieu de l’Atlantique et qu’on a une avarie, faut bien trouver une solution et rentrer à la maison ! Certes…En tout cas bravo , chapeau bien bien bas ! Une p….. de belle leçon de courage, et de pugnacité ! Merci ! 👏
    Toujours derrière toi avec beaucoup d’empathie ! Ça va le faire ! 🏇👍🌟

    Bérénice · février 11, 2017
  2. Nous aussi on souffre pour Conrad, c’est trop moche ! mais soucies toi d’arriver aux Sables en bon état, prends soin de toi et de ton bateau et avance vers la ligne et le chenal. On t’attend !

    Jeannette CHAMOIS · février 11, 2017
  3. Salut Fabrice, plus de 2 mois ont passé depuis le franchissement de la ligne de départ de ce Vendée Globe et au fur et à mesure que les jours ont passé, il s’est créé un lien particulier. Vous tous, les différents navigateurs, vous nous avez permis de rentrer un peu dans votre quotidien et votre intimité du bord ! Et maintenant nous savons que vous ferez tout pour rentrer, à l’image de Conrad qui refuse d’abandonner et qui va s’arracher pour passer cette fichue ligne d’arrivée ! Et aujourd’hui, je sais que toi et les autres, après ce que vous avez enduré, vous allez la passer cette ligne en levant les bras bien haut ! Et vous l’aurez bien mérité ! Allez, encore quelques jours et bravo et merci de nous avoir fait partagé un peu de cette course de légende ! Courage et amitiés et encore bravo ! ! !

    J- Claude · février 11, 2017
  4. Courage Fabrice ! nous avons skié des bosses pleines de neige en criant « allez Newrest Matmut ! « j’espère que tu nous as entendu !
    Tiens bon et profite pleinement des derniers jours de mer. Même les galères font de beaux souvenirs, les meilleurs !
    Nous attendons la prochaine vidéo (et donc le tube de la semaine) avec impatience.
    Les enfants et Alexia Delrieu

    Alexia, Virgile, Circé et Tancrède Delrieu · février 11, 2017
  5. Effectivement, ce qui arrive à Conrad Colman est terrible et nous espérons qu’il va trouver une solution pour rallier les Sables d’Olonne et terminer son Vendée Globe.
    Pour vous, Les Sables ne sont plus très loin mais il faut être très prudent (le démâtage de de Conrad le rappelle). La fatigue doit peser de plus en plus mais accrochez vous, vous n’êtes plus très loin du but. c’est facile à dire pour nous qui sommes bien au chaud et au sec!!! Alors, nous vous envoyons plein de bonne ondes, et faites très attention à vous et au bateau. Les enfants vous souhaitent une très bonne route jusqu’à l’arrivée et espèrent que ce sera le plus rapide possible.

    Virginie DVD · février 11, 2017
  6. Quel courage Fabrice, bravo!

    Karina Morel · février 11, 2017
  7. Tenez bon vous , êtes plus très loin alors courage et bravo pour tout ce que vous avez parcouru
    chapeau bas à quand une nouvelle vidéo et musique qui va avec courage et bon vent à venir

    patricia cauret · février 11, 2017
  8. Je suis impressionnée par votre aventure Fabrice. Que de force, quel mental, c’est une occasion rare de pouvoir apprendre de quelqu’un. Merci mille fois de la partager. Si vous ecrivez un livre, je voudrais le lire. Les vidéos et les articles sont formidables Elles me touchent, me font rire, m’émeuvent, me font rêver. On va être aussi heureux que vous en passant la ligne d’arrivée!!! Fuerza y convicion! ! Bravo

    Maude · février 11, 2017
  9. Cher cousin

    Tout au mental sur le finsih, quand on puise dans ses réserves. C’est là qu’on reconnait les grands champions!
    Nous sommes avec toi.
    Annick

    Annick Raffenot · février 12, 2017
  10. Cher cousin again,

    Allez Fabrice, savoure cette dernière ligne droite !

    Ca sent bon ton histoire !

    Les alizés de Bretagne t’attendent.

    A bientôt

    Guillaume and co

    ROCHAT Guillaume · février 12, 2017
  11. Vous êtes extraordinaire ! Nous sommes émus de tant de courage et de détermination ..
    Nous sommes inquiets de votre si long silence…
    Nous vous suivons depuis le tout début, du fin fond de notre Quebec froid et tout blanc!
    Courage…vous arrivez tout bientôt .
    Notre regret, ne pas pouvoir être sur place avec tous ceux qui seront là pour vous accueillir.

    Marthe pouliot · février 14, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>